de
|
en
|
fr
|
nl
Réservation     



Gaétan Trovato La Compagnie, lieu de création - Marseille

GAËTAN TROVATO
né en 1987, vit et travaille à Marseille
gtrovato@hotmail.fr | 06 51 28 24 06
représenté par : la compagnie, lieu de création
site web : gaetantrovato.tumblr.com
Expérimenter la force visuelle de l’image en mouvement et son pouvoir symbolique. Interroger sa sacralité
et sa valeur de mémoire. Comprendre les techniques et les outils à l’origine de sa mise en forme. Autant
de thématiques qui animent l’artiste vidéaste Gaëtan Trovato. Formé à l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-
Provence, il s’est lancé depuis plusieurs années dans une quête d’exploitation des différentes techniques
cinématographiques, afin d’exploiter les possibilités offertes par le médium filmique. Des techniques mixtes
sont alors convoquées, tel que la récupération de plans sur pellicule 35mm, le found footage, les prises de
vues réelles… Grâce à celles-ci, le vidéaste recrée des récits, souvent abstraits et matiérés, où des « images
errantes » de films anciens viennent rencontrer de nouvelles prises de vue qu’il capture lui-même. L’artiste
évoque ainsi les reconstitutions mentales propres au fonctionnement de la mémoire humaine. Rien n’est
jamais plus exactement comme nous l’avons perçu la première fois
Le vidéaste convoque l’histoire et la mémoire du cinéma à travers d’anciens films emblématiques, dont
il extrait certaines scènes afin de les réinterpréter. Cette réinterprétation intervient par la combinaison
d’anciennes prises de vue avec de nouvelles. La particularité de la démarche est que l’artiste adopte le
même angle de vue pour capturer les scènes actuelles. Il fond ensuite les deux images ensemble. Cette
technique de superposition et de fusion des images perpétue en quelque sorte une longue tradition
picturale. La vidéo devient l’héritière du questionnement pictural de la matière même de l’image. Influencé
par la peinture italienne renaissante ou les expressionnistes allemands, Gaëtan Trovato s’inspire ainsi de la
technique du glacis pour ajouter du sens aux images. Il joue du lien entre vidéo et peinture en manipulant
la matière première de l’image animée : le photogramme. Il révèle ainsi les strates narratives et plastiques
de l’image en mouvement. Le spectateur revit un film qu’il a pu voir auparavant, et est invité à s’interroger
sur le souvenir qui lui en est resté, la manière dont il s’en souvient et les écarts qui existent entre souvenir
et vision. De cette manière, l’artiste révèle ce qu’il y a sous l’image, les strates de sa et de notre mémoire.
Le spectateur est extrait de sa passivité, il doit créer sa propre narration à partir du champ d’interprétation
que lui offre l’image. Quelquefois la bande-son prend également de l’importance, par de brèves paroles ou
dialogues qui nous interrogent également sur ce que nous voyions.
En expérimentant visuellement le passé, Gaëtan Trovato fait parler le présent. Il joue sur la double
temporalité qui se crée par l’assemblage, et qui pour lui représente le regard qu’il porte sur notre époque
actuelle : notre culture est une redite historique et artistique.